Avoir une belle peau, c’est d’abord apprendre à la connaître

On peut considérer la peau comme la feuille de route de notre vie, de nos expériences, de notre style de vie. En société, la peau est une carte d’identité que l’on ne peut pas cacher. Elle laisse apparaître notre rapport à nous-mêmes, l’importance que l’on donne à notre santé et à notre bien-être.

la peau : apprendre à la connaître

Mais la connaissons-nous vraiment ? Pas si sûr. 

L’état de notre peau est un grand mélange de plusieurs facteurs. Le premier point est tout d’abord d’apprendre à la connaître. C’est un peu comme dans une relation amoureuse, vous apprenez à découvrir l’autre avant de mettre en œuvre ce qu’il faut pour que cela fonctionne entre vous. 

A travers son importance sanitaire, psychologique ou encore sociale notre peau est multi-facettes. Découvrez ce qu’elle fait en toute autonomie, sans même que nous n’ayons à y penser ! 

Mais comment fait-elle tout cela ? Sans chercher à rentrer dans des détails scientifiques, il est intéressant de savoir de quoi elle est composée et quelles sont ses particularités. 

Avec tout ce qu’elle nous apporte, nous avons tout intérêt à la respecter, à comprendre ses besoins et à en prendre soin. Elle a un rôle à plusieurs échelles dans notre vie, notre quotidien. 

 

Que fait-elle ? 

A l’instar d’un diamant, sa transparence, au sens figuré du terme, lui confère sa particularité. C’est une alarme naturelle qui crie toujours à bon escient.  

Quand la peau nous indique quand nous soigner !

Pour commencer, c’est notre rempart santé, le premier indicateur de notre état de santé global. A l’intérieur, si nous développons certaines maladies, que nos organes sont en baisse de régime ou encore que notre sang n’est pas au top de ses capacités, notre peau nous le fait savoir. Par exemple, le teint pâle peut être le reflet d’une anémie, le teint jaunâtre a lui un lien avec l’état du foie, des voies biliaires ou des reins. 

A l’extérieur, si elle se sent agressée, abusée ou négligée elle réagit, quasiment, du tac au tac ! Une exposition au soleil aura pour conséquence le bronzage avec la production de mélanine (dans le meilleur des cas), un coup de soleil ou (dans le pire des cas) une brûlure à un degrés plus ou moins grave. L’utilisation d’un produit (cosmétique ou ménager) de mauvaise qualité ou toxique entraînera une réaction cutanée telle que l’eczéma ou l’urticaire. 

Il faut en prendre soin au risque que tous ses aspects y passent : couleur, teinte, épaisseur, grain de peau, densité, élasticité, qualité…

La peau : le porte-parole de nos émotions

« Je lis en toi comme dans un livre ouvert ». Cette expression s’adapte parfaitement à notre sujet du jour. 

Oui, notre peau est un livre, un livre dont la couverture peut avoir deux effets : l’envie de se plonger dedans une belle nuit d’hiver ou au contraire, l’envie de le ranger dans la bibliothèque, bien au fond. 

Notre peau est astucieuse et a différents niveaux de réaction. S’il s’agit d’un état émotionnel passager tel que le fait d’être mal à l’aise ou contrariée, la peau du visage indique à votre interlocuteur votre « mood » notamment en rougissant. 

Mais son rôle va encore plus loin ! Elle sonne la cloche d’un potentiel mal-être intérieur en somatisant à travers des réactions de peau et parfois même des maladies de peau. Nos états émotionnels et psychologiques profonds que l’on souhaite laisser à notre inconscient doivent bien apparaître d’une manière ou d’une autre : notre douce peau se rebelle alors ! Psoriasis, herpès, eczémas, acné, sont par exemple souvent la conséquence de notre état intérieur. 

Qui est-elle ?

La peau, le plus grand organe du corps humain, qui représente près de 15% de notre poids total et près de 2m2 est un bijou de la nature. 

Elle est composée de trois couches. Chacune a sa place, sa composition et donc son rôle :

  • La première, l’épiderme, joue le rôle de barrière contre le monde extérieur mais aussi de lien avec celui-ci (sensations…)
  • La deuxième, le derme, confère à notre belle peau sa densité et son élasticité 
  • La troisième, l’hypoderme est comme un petit coussin qui stocke les graisses et fait tampon entre le derme et les os

L’épiderme : couleur et régénération de la peau

Cette première couche est responsable du renouvellement cellulaire. La kératine, composant important de la peau, des ongles et des cheveux, remonte progressivement à la surface et devient petit à petit de la peau morte. 

La couleur de peau d’origine ou lors de l’exposition au soleil des individus est aussi définie dans l’épiderme grâce aux mélanocytes qui produisent la mélanine. 

Couleur et régénération de la peau

Peau qui se relâche ? Le derme travaille moins

Il joue un rôle dans la protection du réseau vasculaire et des fibres nerveuses étant moins exposée que l’épiderme. 

Mais pas seulement ! Vous entendez surement parler de « collagène » à tout bout de champ dans les cosmétiques, dans les médias etc, non ? 

Le marketing joue de cela car c’est l’élément clé du maintien de la peau au fil des années. Avec l’âge et les conditions d’hygiène de vie, le collagène a tendance à diminuer ce qui laisse notamment place aux ridules et rides. 

Aspect peau d’orange : ne cherchez plus, c’est hypoderme le responsable 

Oui, l’hypoderme est le protecteur des os grâce à ses amas graisseux et sa compétence d’amortisseur. Il est aussi une source puissante d’énergie. 

Mais ses amas graisseux ont une contrepartie moins « friendly », comme diraient nos amis américains, : ils donnent le ton sur la morphologie des individus en fonction du sexe, de l’âge et du style de vie. 

Notre cellulite vient de là ! 

Pourquoi en prendre soin ?

Notre peau est comme l’enveloppe d’un fruit : elle en couvre toute la superficie, a ses propres propriétés mais est surtout l’élément qui permet au cœur du fruit de bien se développer, protégé de toutes les agressions extérieures. Si cette enveloppe est abîmée, le fruit pourri. 

Prendre soin de sa peau

Notre peau éveille nos sens

Notre belle alliée ne compte pas moins de 5 millions de cellules sensorielles. Oui, oui, autant de raisons de la laisser nous procurer bien-être et plaisir, à condition de bien prendre soin de sa peau ! 

Ces petites cellules sont la porte secrète entre le monde extérieur et notre fort intérieur. L’éveil des sens joue, de notre naissance à notre fin de vie, un rôle primordial dans le développement de notre personnalité et de notre bien-être. Notre enveloppe corporelle aime être caressée, effleurée, massée, chatouillée. Cela lui donne la satisfaction de nous connecter aux autres, au monde et surtout à nous-mêmes autrement qu’avec des comportements et des mots. 

Notre belle peau communique avec notre cerveau et lui envoie tous les signaux qu’il faut pour s’adapter à son environnement, comme le fait le sonar des dauphins pour les guider. 

La peau : un atout social très important 

Dans une société où l’apparence et le physique servent d’identificateurs sociaux, préserver son épiderme prend tout son sens. C’est dans cette optique que s’est développée la tendance du no-make up qui a le vent en poupe depuis quelques saisons.

On peut la considérer comme la feuille de route de notre vie, de nos expériences, de notre style de vie.  En société, c’est une carte d’identité que l’on ne peut pas cacher. Elle laisse apparaître notre rapport à nous-mêmes, l’importance que l’on donne à notre santé et à notre bien-être. Bien-sûr, nous parlons ici essentiellement de la peau du visage qui est, dans ce contexte sociétal, la plus exposée et la plus visible (à moins de travailler en bikini toute l’année !). 

Avoir une belle peau est aussi un atout pour la confiance en soi. La peau, même si l’habit ne fait pas le moine d’après le proverbe, peut donner des indices à nos interlocuteurs. Être perçue comme respectant les critères de l’environnement dans lequel nous évoluons contribue à se sentir épanouie et à mieux s’intégrer socialement.

Et, vous quel rapport entretenez-vous avec votre peau au quotidien ? N’hésitez pas à partager votre point de vue en commentaires, je serai intéressée de partager sur le sujet.

A très vite!

Sandra ✌️

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :